Revelation - PV Bogdan.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 Revelation - PV Bogdan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 17:47

Une journée banale qui se terminait aujourd'hui. Milka et Vadik étaient de sortie ce soir, j'étais seule dans la Villa avec Bogdan. Je ne lui avais pas adressé la moindre parole, comme à mon habitude. Seulement, c'était l'heure de préparer le repas et je l'avais recruté pour faire à manger. Je sortais de la piscine donc, les cheveux à peine mouillé, je les attachais avant de mettre mon tablier par dessus mon maillot de bain. J'avais laissé les tomates à Bogdan pour qu'il les coupe alors que je prenais de la mozarella ainsi que des concombres pour les préparer pour la salade. Je posais le couteau pour les tomates, il semblait plutôt... très pointu, très coupant surtout. Et dès qu'il arriva, je le prévins. Fais attention au couteau, va pas te couper ou abimer la table. Je posais les yeux sur mon frère, lui adressant un sourire plutôt tendre. Peut-être parce que nous étions seuls, je me laissais aller et lui offrait quelque chose de "gentil". Je m'affairais à faire à manger, laissant Bogdan faire son boulot. Je finissais de couper le fromage, puis reposais mon regard sur mon frère. Je n'osais pas lancer la discussion, moi qui était plus souvent horrible avec lui, ainsi que distante, je ne savais plus quoi partager avec lui. Et puis... je me lançais... sinon euh... ça va...bogdy ? Tu as passé une bonne journée ? Des banalités, mais c'était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 18:25

Cela faisait longtemps que je n'étais pas resté seul dans la villa avec Katia. J'avais le cœur en marmelade, il battait de façon irrégulière et je n'étais même pas certain des gestes que je faisais. C'était comme si mon corps ne m'appartenait pas, j'avais peur qu'elle vienne me demander quelque chose... J'étais nerveux et ma nervosité ne fit que croître lorsqu'elle me demanda de l'aider à préparer le dîner. D'habitude, elle ne m'adressait presque pas la parole et j'étais persuadé que cela ne changerait pas... Et pourtant, elle semblait fortement encline à le faire lors de cette soirée. Alors que je lavais les tomates, elle m'offrit un incroyable sourire. Encore jamais elle ne m'avait sourit si tendrement depuis que l'on avait quitté l'enfance pour devenir ces adultes parfois immatures que nous étions à présent. Les mains tremblantes, je lui répondais simplement :
« Ne t'inquiètes pas, je vais prendre la planche à découper... » C'était tout de même plus simple que de risquer d'abîmer le bois de la table. M'emparant ensuite du couteau que ma sœur avait mis à ma disposition je commençai mon œuvre. Je ne voulais pas la regarder, je l'évitais, car je savais que je serais trop tenté de lui avouer à quel point elle était belle ce soir et que ce n'était pas une remarque appropriée. Il n'y avait que Vadka qui avait le droit de lui faire de telles réflexions. Moi, j'étais juste son frère bizarre qui aurait mieux fait d'être une fille...
Jusqu'à ce que sa voix ne me sorte de mes pensées. Je déglutis.
« Euh...Je...J'ai... » Je ne savais pas vraiment comment lancer une discussion intéressante. Katia s'en fichait que j'avais terminé de construire la niche de Reksio, elle détestait mon chien, ou que j'avais fait un tour en forêt, que l'arbre que j'aimais le plus m'avait laissé prendre un peu de son écorce. En fait, elle ne comprendrait même pas. Je continuais de couper machinalement les tomates en rondelles et... Aïe ! La bêtise arriva bien vite. Je m'étais coupé, victime de ces quelques minutes d'inattentions.

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 18:34

Je faisais mon boulot et c'est tout. Je ne devais pas me prendre la tête à essayer de grandir et d'accepter mon frère, ça ne servait à rien, il me faisait trop honte avec son rat, son chien, c'était vraiment dégoutant. D'ailleurs, j'espérais qu'il ai les mains propres. J'épluchais le concombre lorsque je posais mon regard sur mon petit frère au même moment qu'il se coupa. J'eus un haut les coeurs tellement la scène me retournait. Mais la panique vint à faire l'apparition. Bogdan, tu t'es fais mal! Dis-je stupidement alors qu'il l'avait surement remarqué bien avant moi. Je me précipitais vers lui, prenant le torchon propre pour entourer sa main. J'espérais au fond qu'il ne se soit pas faire trop mal. serres bien, on va soigner ça. Je laissais le tissus autour de sa main et j'attrapais sa main valide pour l'emmener jusqu'à l'une des salles de bain, le poussant à s'asseoir sur le lit alors que je prenais la trousse de secours. Je commençais à désinfecter sa coupure. attention, ça va piquer. murmurais-je alors que je faisais couler le produit sur sa plaie. Je posais un gaz stérile dessus puis levais les yeux vers lui. ça ira ? lui demandais-je innocemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 18:46

Mon pouce saignait à grosses gouttes et tout ce à quoi je pensais c'était au fait que j'avais dû avoir l'air vraiment stupide devant Katia. Encore une fois, comme toujours!J'en avais presque envie de pleurer, mais pas question de faire mon bébé. Soudainement, je n'eus pas le temps d'y comprendre quoi que ce soit que ma sœur enroulait un torchon autour de ma main, comme si je venais de la perdre. Je ne pus m'empêcher de sourire alors qu'elle me menait jusqu'à l'une des nombreuses salles de bains de la villa. Elle m'obligea gentiment à m'asseoir sur le lit présent dans la pièce d'à côté, alors que, munie d'une trousse de premiers soins, elle opérait un peu de produit désinfectant sur ma plaie.
« Ne t'inquiètes pas, je n'ai pas mal... » soufflais-je doucement en la regardant droit dans les yeux. Elle s'était montrée si tendre et si prévenante que je ne parvenais plus à calmer mon cœur. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas été si gentille avec moi. Je le savais qu'elle avait honte de moi, de mon comportement, de mon caractère. Malgré mon amour, j'avais refusé de changer. J'avais refusé car je voulais qu'elle parvienne un jour à m'aimer pour ce que j'étais et non pour le frère qu'elle aurait aimé avoir...pour l'homme qu'elle aurait aimé avoir à ses côtés dans ses grands rêves. Je posais délicatement, presque sans m'en rendre compte, ma main valide contre l'une de ses joues, la caressant doucement.
« Merci, Katia. » dis-je doucement. Je baissai ensuite les yeux furtivement, alors que je faisais tomber le gaz qu'elle avait appuyé contre mon pouce. Encore une gaffe, je perdais un peu l'équilibre et mon pouce saignait toujours..."T'inquiètes je m'en charge...." fis-je, bégayant, essayant d'échapper à son regard car je la sentais si proche que j'étais capable de tout !

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 18:55

Je venais de vivre le top ten des moments les plus bizarres de ma vie. Je venais de soigner mon frère, pour une fois que je me montrais gentille avec lui. Mais en plus, il se montra très doux avec moi, même trop doux pour que ça ne passe pas inaperçu. Je me sentais troublée par mon petit frère (bien que plus grand que moi de taille), je me sentais un peu perdue, je ne savais plus quoi faire. Je le regardais fixement, comme hypnotisée, j'étais perturbée par ce qu'il venait de faire. Ce fut lorsqu'il fit tombé le gaz de son doigt que je me réveillais. Il bégaya quelques mots, remettant son gaz sur le doigt. Attends. Je posais ma main sur la sienne, grimaçant par cette proximité très...trop chaleureuse. Je pris le gaz que je posais sur son doigt et je pris du scotch spécialement fait pour les blessures comme ça. J'en enroulais sur sa blessure puis je relevais les yeux vers Bogdan, un peu intimidée. Il y avait comme une ambiance tendue depuis qu'il avait posé sa main sur ma joue pour me remercier, je n'avais pas l'habitude d'autant de proximité avec lui. Tu n'as plus mal ? si tu veux, on peut... refaire le pansement si ça te convient pas. Enfin... je vais ranger. Je souris maladroitement, puis je commençais à tout ranger en vrac dans la boite à pharmacie, et commençait à me relever pour aller la remettre à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 19:05

J'étais si troublé par l'intense proximité de ma sœur, que je ne savais plus trop comment m'y prendre. Stupidement, je replaçai rapidement le gaz déjà plus stérile contre ma plaie, mais au moins cela empêcherait de salir les draps. J'avais peur qu'elle ne se mette en colère alors que la soirée avait si bien commencé ! C'était la première que j'avais pu être si proche d'elle et je ressentais comme une sorte d'osmose possible entre nous, bien que l'atmosphère ne s'était faite si troublante. Je faisais de mon mieux pour cesser de bégayer, pour ne plus la toucher... Mais voilà, elle se saisit de nouveau de mon bras afin de remettre le gaz bien en place, le scotchant comme il le fallait. Ce contact me fit absolument frémir, alors que je la regardais timidement se lever pour aller ranger la trousse de soins. Je la voulais encore près de moi, je la voulais tout contre moi...Alors sans réfléchir, je me levais à une vitesse incroyable, et je la prenais dans mes bras. Je l'enlaçais, je profitais de son parfum tant que je le pouvais. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas sentie contre mon torse. La dernière fois que je l'avais ainsi câliné devait avoir eu lieu des années plus tôt. Ce n'était pas comme avec Milka, avec qui j'avais plus d'attentions tactiles... Je déposais un léger baiser contre sa joue...Puis je rougis...Mes joues étaient devenues totalement comme deux tomates posées contre mon visage. Nos souffles se chevauchaient et mes lèvres étaient dangereusement proches des siennes. J'avais le désir ardent de l'embrasser, de la faire mienne l'espace de quelques secondes. Mais j'étais lâche et ma lâcheté m'empêcha d'agir. A moins que ce ne soit le plus grand des respects que j'avais à son attention. Je restais quelques secondes à des millimètres de ses lèvres rosées, m'imaginant quel goût sa bouche devait avoir, quelle sensation je pourrais ressentir...
« Euh... » fis-je en me décalant un peu, la lâchant pour me gratter nerveusement la tête. Que dire ? Ce signe d'hésitation était le seul son que j'avais pu émettre.

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 19:20

J'étais surprise pour ne pas dire choquer lorsque je sentis une force me ramener en arrière. Je me retrouvais dans les bras de mon frère, celui-ci me serrait contre lui. Cet élan d'affection commençait à me faire peur. La caresse, l'attention et les regards qu'il me portait me troublaient. Je serrais son tee-shirt lorsqu'il m'embrassa sur la joue. Autant d'affection, il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez lui. Et le pire dans tout ça, c'est que j'avais eu la vague impression qu'il allait m'embrasser, nos souffles étaient si proche, comme lorsqu'on s'apprêtait à embrasser quelqu'un. La situation était vraiment la plus bizarre de toute ma vie, je vivais quelque chose de chaud, de romantique... avec mon frère. C'était écoeurant. D'ailleurs, ma réaction ne se fit pas attendre lorsque je revenais à la réalité, je le poussais violemment loin de moi. Qu'est ce qui te prends de me faire ça? Tu es pas bien dans ta tête? Si tu as envie de coucher avec une fille, fais-le sur une fille qui n'est pas ta soeur, okay ? C'est écoeurant ce que tu fais... Sous la peur que je ressentais, je lâchais la trousse de secours qui finissait par m'atterir sur le pied. Je poussais un gémissement de douleur en me tenant le pied, tout en gardant un oeil sur Bogdan. Je me relevais en me tenant au mur. Je me disais bien que tu tournais pas rond. Déjà que tu te balades souvent avec cette saleté de rat, et on chien puant c'est vraiment n'importe quoi. Ne m'approches pas comme ça, Bogdan. Je suis ta soeur, on est lié par la famille, j'ai l'impression que pour toi c'est bien plus que ça et je trouve ça répugnant. On vient de la même famille ! J'étais dure, horrible avec lui. Mais c'était ce que je ressentais dans l'état actuel des choses. C'était mon frère à mes yeux, pas un garçon qui pouvait m'embrasser et me séduire. Je me calais contre le mur, j'essayais de m'en remettre mais ce n'était pas facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Mer 11 Juil 2012 - 20:50

Ce que je craignais le plus arriva. Brutalement, d'une main ferme, ma sœur me repoussa violemment. Je fis quelques pas en arrière, totalement ébouriffé par ce qui venait de se produire. J'avais été si proche du bonheur. J'aurais dû l'embrasser, j'aurais au moins ce souvenir sucré pour l'éternité. Mais voilà, maintenant, ce serait terrible. Jamais, je ne pourrais regarder Katia en face sans baisser aussitôt le regard. J' aurai honte d'avoir agi ainsi, surtout que les mots que débitaient ma sœur étaient des plus cruels.
« Cou...Coucher ? » laissai-je échapper, presque choqué par les propos de mon interlocutrice, ne comprenant vraiment pas cette réaction, devenant de plus en plus rouge. Katerina semblait vraiment très énervée. Et voilà, la soirée qui s'annonçait merveilleuse était à présent terminée... Et c'était de ma faute, encore et toujours, j'avais vraiment le beau fixe pour tout foutre en l'air ! Pour une fois qu'elle me tendait une perche pour que l'on se rapproche, pour que l'on redevienne le frère et la sœur d'autre fois, ceux qui s'enlacent sur la photographie que je garde depuis des années dans mon portefeuille.
Katia semblait souffrir alors qu'elle venait de lâcher la trousse de secours, venue s'écraser contre son pied.
« Tu vas bien ? » m’efforçai-je en hâte, l'approchant de nouveau. Mais je crus bon de garder de nouveau une certaine distance, afin qu'elle ne me gifle pas. Si elle levait la main sur moi, je ne m'en remettrais jamais, ce serait bien trop douloureux... Elle reprit la parole, et je la regardais, bouche-bée. Je ne savais pas quoi répondre de suite et je restais immobile, comme un benêt, à l'observer, effrayé. J'avais tellement mal. Mon cœur semblait même arrêter de battre par instants alors que j'avais envie de hurler. Lui hurler que je l'aimais. La même famille. Voilà ce qu'elle disait. Elle assimilait mon comportement à un inceste. Et pourtant... Depuis longtemps, elle se fichait de moi... Elle ne me parlait plus, elle ne regardait jamais. Les larmes me montaient aux yeux. Tant que je ne pus longtemps les retenir. L'une d'elle glissa le long de ma joue rose... Et je me retenais de sangloter. Mais j'étais mort ce soir-là, véritablement décédé. C'était ce que je redoutais depuis le jour où j'avais compris ce que je ressentais pour Katia...
« Désolé, l'erreur de la nature qui ne devrait pas exister que je suis doit aller voir son chien et son rat dégueulasses. »
Sans réfléchir plus longtemps, je passai furtivement près d'elle et me jetai vers la sortie, descendant les escaliers à vive allure et me retrouvant dans le jardin, dans la fraîche soirée en simple t-shirt, grelottant. Me calant contre un arbre, je ne pus retenir les larmes qui jaillissaient les unes après les autres de mes yeux clos.

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Jeu 12 Juil 2012 - 17:04

J'étais perdue. Il me dégoutait plus que tout. Bogdan était mon frère, et j'avais très vite compris ce qu'il voulait être pour moi, mais... je refusais ça c'était trop répugnant à mes yeux. Je le laissais même s'en aller pour pleurer, je sentais bien que je venais de le blesser, ce n'était pas vraiment le but mais j'avais ressenti le besoin de lui exprimer ce que je ressentais, et ce que je ressentais n'était pas beau à voir. Je l'avais apprécié, c'était mon petit frère, mais j'avais eu besoin de garder mes distances, et je comprenais pourquoi maintenant. Je ne daignais pas le regarder lorsqu'il passa à coté de moi. Je me tenais fort contre le mur pour ne pas tomber, la douleur de la tombée de la trousse à pharmacie sur mon pied n'était rien présentement. Je sortais de la chambre, retournant dans le salon. Je vis Bogdan contre l'arbre, il était effondré. Ça me fendait le cœur de le voir pleurer, et surtout à cause de moi. Je tournais les yeux, c'est alors que je vis son blouson sur le canapé. Je me rapprochais du vêtement, et le prit. Son porte-feuille en tomba et à peine je venais d'ouvrir celui-ci, que je vis la photo. Lui et moi se tenant l'un contre l'autre lorsque j'étais encore tendre et gentille avec lui. Le temps était passé, et j'avais changé. Je montais dans ma chambre pour mettre un pantalon, et un gilet par dessus mon maillot de bain. Je revenais dans le salon, prenant son blouson, je sortis pour le rejoindre sous l'arbre. Arrêtes de pleurer, c'est pas viril du tout. Je m'approchais de lui pour poser son manteau sur ses épaules. Je ne disais rien pour l'instant, je préférais que ça passe. J'essuyais ses larmes. Oublis moi, Bogdan. Sinon je vais continuer à te faire pleurer. Je tournais le visage sur le coté, pour qu'il ne me regarde pas, et surtout que je ne le vois pas. C'est mieux pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Ven 13 Juil 2012 - 12:14

Je ne voulais pas qu'elle me rejoigne, je voulais rester seul, seul avec ce que j'avais sur le cœur. Sinon, je risquais de formuler des mots que je regretterais par la suite. Tant pis si elle ne m'aimait pas, si je la répugnais et la révulsais à tel point. Après tout, je n'avais jamais rien attendu de sa part, bien que son contact m'ait longtemps manqué... Cette soirée, où elle s'était révélée fort douce avait été comme un baume, comme un intense retour vers le passé. A présent, calé contre mon arbre, je fermais les yeux et imaginais de multiples scènes qui pourraient mettre un terme à la douleur que je ressentais. Peut-être devrais-je retourner en Russie...
Je fus sortie de ma torpeur par sa voix. Cette belle voix que j'idéalisais depuis des années. Encore une remarque désobligeante. Je la laissais finir ce qu'elle avait à dire alors qu'elle déposait ma veste contre mes épaules, avant de ne rouvrir les yeux. Je lui lançai un étrange regard, sans un sourire, alors que je jetais simplement la veste qu'elle avait posé gentiment contre moi afin de me protéger du froid. Celle-ci tomba sur la pelouse, dans un bruit sourd.
« Arrête ça, Katia. » fis-je du bout des lèvres. Je n'avais pas besoin de sa pitié. Je n'avais besoin d'aucune pitié car je n'étais pas un petit enfant perdu ou un handicapé dont il fallait prendre soin. « Je me fiche de ce qui est viril ou non, bordel de merde ! » m'exclamai-je ensuite en essuyant les quelques larmes qui restaient aux creux de mes yeux.Je n'avais pas l'habitude d'être aussi vulgaire, bien au contraire, ce qui prouvait ma colère et ma tristesse. Passant ma main sous le menton de ma sœur, je l'obligeai à me regarder.
« Je ne m'étonne pas d'être tombé amoureux de toi, Katia. T'es belle, t'es intelligente. » dis-je plus fortement. Je n'avais pas peur de ce que j'allais enfin lui signifier, j'aurais dû lui en parler il y avait de cela des lustres. A présent que nous étions tous deux dans cette situation embarrassante, il était temps de crever l'abcès. « Je n'ai jamais rien attendu de toi, Kat', et surtout pas que tu m'aimes. Je ne sais pas ce qui m'a pris ce soir.... Tu le sais que ça fait longtemps que je ne suis plus ton frère. Nous n'avons pas le même sang et nous n'avons rien en commun... Tu es devenue froide, distante, une véritable inconnue. C'est là que t'as commencé à avoir ce petit quelque chose de plus, cette touche qui a fait sauter mon cœur dans ma poitrine. On tombe parfois amoureux d'une inconnue, on appelle ça le coup de foudre. C'est ce qui a du m'arriver.»
Je lui lâchais le menton, mais je n'en avais pas fini. A présent que j'avais attiré toute son attention, je pouvais continuer à lui balancer ce que j'avais sur le cœur.
« Je sais que t'es une inconnue, et t'en es une parce que t'as honte de moi. Pour toi, comme pour notre père, je suis le vilain petit canard de la famille, une tache sur votre noblesse, votre sale snobsime, votre soit-disant hauteur d'esprit. Si tu penses que je ne le vois pas, tu te trompes, je ne suis pas un idiot bien que je sois peu loquace. Tu parles sans cesse de Reksio et de Darwin comme de petites créatures dégueulasses, tu trouves pas ça normal le temps que je passe à discuter avec les arbres... Pour toi, c'est stupide. Mais voilà, Katia, ce sont les seuls qui m'écoutent vraiment. Ils me connaissent si bien. Ils savent quand je vais mal, ils savent comment me consoler. Ils ne se moquent jamais de mes manies ou de mes idées. Ils connaissent tous mes soucis, savent quand est-ce que je dois prendre mes médicaments. Et toi, sais-tu seulement que je prends des pilules tous les jours pour garder un état de santé en stabilité ? » fis-je en lui lançant un nouveau regard. « Bien sûr que non, t'as oublié. T'as tout oublié. Tu ne me connais pas. Je savais que tu ne m'aimerais pas, parce que tu aimes Vadim, ça se voit comme le nez au milieu de la figure... Et je peux accepter ce fait, bien que je sois totalement jaloux, je l'avoue. Mais ce qui me gène vraiment, c'est que tu ne veux même pas de moi comme frère. » A ces mots, je m'écartai et levai les yeux au ciel, ou plutôt sur l'arbre se trouvant dans mon dos. Profitant d'une branche plus basse, je me hissai et m'y assis sans aucun problème. J'avais l'habitude de venir y méditer.
« Désolé de ne pas être quelqu'un digne de toi, Kat'. Désolé de ne pas être le frère que tu aurais aimé avoir. Mais j'y peux rien, j'ai pas l'intention de jouer un rôle. »
Je me mordis la lèvre inférieure, regardant vers le bas pour observer la réaction de ma sœur. Elle pouvait bien s'en aller, elle pouvait faire ce qu'elle voulait. De toute manière, cela n'avait aucune importance en cet instant.

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Ven 13 Juil 2012 - 15:14

Bogdan me faisait peur. Il rejetait le peu "d'affection" que je lui offrais, j'essayais de lui pardonner ce qu'il était, ce qu'il ressentait pour moi, mais j'avais encore du mal. Dans ma tête, c'était mon frère, pas une personne que je pouvais aimer d'un amour plus fort que la normale. Il me forçait à le regarder, mais j'avais du mal. La peur, le dégout de ses sentiments m'envahissaient, mais... j'étais remplie d'une certaine compassion envers lui. Il m'avouait ses sentiments, il me tendait son coeur et ce n'était pas contre lui, mais j'essayais de le refuser. C'était mon "frère", pas un homme comme les autres. Et à peine lâchait-il mon menton que je baissais les yeux, je ne voulais pas le regarder. La tendresse que je refoulais depuis des années faisait surface à cause de la détresse de mon frère, je la sentais et j'avais du mal à lui faire les mêmes reflexions que lorsque nous étions dans la chambre. Il se gourait, mon père le voyait comme son propre fils et je le voyais comme mon frère depuis le temps que je le connaissais mais je n'avais jamais eu la facilité à exprimer mes sentiments, les bons sentiments, que ce soit lui ou Milka, je n'étais pas expressive, et même Vadka, lui je l'adorais plus que tout mais je ne montrais pas tellement ce que je ressentais. J'avais l'impression d'être un robot lorsqu'il me disait ça. Mais ce qu'il me disait me révoltait. Certes je ne savais rien de lui, pourquoi il prenait des médicaments ou autres, mais ce n'était pas des arbres ou de stupides animaux qui allaient l'aider. Seconde claque, mes sentiments pour Vadka. Des sentiments enfouies, douloureux. Mon regard s'assombrit lorsqu'il en parlait. Je n'aimais pas qu'on parle de ma proximité avec Vadka comme ça, c'était juste mon meilleur ami avec qui j'étais très proche, c'est tout. Tu te goures... Je le regardais, soupirant lorsqu'il continuait à déblatérer des bêtises. Il commençait à m'énerver, et j'étais comme en hyperactivité, je bougeais sur place, j'essayais de réfléchir mais j'avais du mal. Arrêtes de dire des bêtises Bogdan. Premièrement, arrêtes de dire que Vadka est la personne qui a mon coeur, car c'est faux. C'est mon meilleur ami, on est très proche, mais c'est pas pour autant qu'on s'aime. Et puis déjà, j'ai bien le droit à avoir une vie ? Tu dis que tu n'es pas mon frère à mes yeux, mais ce que tu dis serait vrai si je ne te repousserais pas. Or, je te repousse car tu es mon frère, je te considère comme ci tu avais le même sang que moi, tu n'es pas le seul à qui je n'exprime pas mes sentiments, que ce soit père, mère, soeur, vadik, roméo, je ne leur exprime rien... je n'ai jamais rien exprimé de positifs envers eux... alors je vois pas pourquoi tu dis que je suis froide ?! J'ai... j'aime pas en parler, j'aime pas. C'est moi, et si tu n'es pas capable de vivre avec ce que je suis, comment oses-tu dire m'aimer ? Tu m'aimerais vraiment tu aurais compris que tu n'es pas le seul à qui je dis rien, tu te sens comme ça car je ne te portes pas l'attention que tu voudrais vu que tu as des sentiments pour moi. Tu n'as pas à être jaloux, je suis peut-être belle et intelligent à tes yeux, ça ne fait pas de moi une femme exceptionnelle. Tu me mets sur un piédestal qui n'est pas le mien. Une personne digne de moi serait une personne intelligente, riche, beau, quelqu'un qui sait porter de l'attention à mon égard, qui saura me rendre heureuse, qui me fera les plus beaux enfants. A part être beau, tu n'es rien de tout ça. Cette idée de sentiments amoureux de lui à moi me répugnait, mais ce n'était pas facile à garder pour moi. Je voulais pas le blesser, s'il lui arrivait quelque chose, j'étais entièrement responsable. Je mettais ma tête dans mes mains pour me calmer. Je ne me préoccupais pas du froid, ce n'était rien comparé à la Russie. Et tes animaux... Je relevais mon regard vers lui. Tu dis qu'ils t'écoutent? Qu'ils savent ce que tu as ? Mais c'est pas pour autant que ça t'aide. Je suis en colère que tu me compares à des êtres inférieurs. Je préfère m'en aller que de me laisser insulter. Je le regardais une dernière fois avant de retourner dans la maison.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Ven 13 Juil 2012 - 16:20

J'écoutai avec attention ce que me disait ma grande sœur, sans oser lever les yeux. Je me crispai, entendant des paroles de plus en plus injustes. Elle tentait de se justifier... Mais elle ne comprenait vraiment rien. Elle ne comprenait pas que je l'observais depuis des années ? Je savais très bien comment elle était, je savais qu'elle n'était pas du genre à faire profusion d'attention envers les êtres chers, mais ce que je demandais, c'était juste un petit peu de respect. Au moins qu'elle cesse de faire comme si elle ne me connaissait pas aux soirées mondaines... Elle avait trop peur des qu'on-dira-t-on ! Elle avait une image à préserver...
Me tournant le dos, elle repartit vers la villa, sans rien ajouter. Je l'observai se mouvoir pendant quelques secondes, sans bouger pour finalement descendre de l'arbre. Je ne pouvais décemment laisser les choses comme elles étaient... Ce serait trop cruel. Et pour moi, et pour elle... je n'avais pas été gentil. Je lui avais fait mal.
« Ce que tu peux être de mauvaise foi, Katia ! » s'exclamai-je. « J'y crois pas que tu puisses mentir comme ça... Si tu me vois comme ton frère, c'est juste parce qu'un jour, nos parents m'ont amené à la maison et t'ont demandé de me considérer comme tel ! Je ne suis ton frère que sur le papier et ça te gène ! Arrête de fuir quand je te dis ça, tu sais que c'est la réalité ! Je sais très bien que tu n'es pas une femme très explosive en émotions, que tu caches tes sentiments... Mais avec Milka, Vadka, tu as toujours partagé plus de choses... Eux, tu ne les caches pas quand tes amis se ramènent. » Je poussai un léger soupir alors que Reksio venait de pénétrer dans la villa. Il n'avait pas le droit normalement d'arpenter les lieux à son bon désir, mais je n'allais pas lui faire quitter la pièce dans de telles circonstances, au contraire. Je me mis à lui caresser doucement la tête, levant de nouveau les yeux vers ma sœur. « Tu as beau me chanter le contraire aujourd'hui, t'as honte de moi, tu ne veux pas m'accepter. Tout à l'heure, je te remercie d'avoir dit que j'avais une bonne gueule, mais le reste... Merci de m'apprendre que je suis bête, que je ne suis pas capable de rendre quelqu'un heureux ni même de prendre soin des gens que j'aime. Ah et aussi...heureusement que t'as pas les mêmes gènes que moi puisque les miens sont si mauvais ! Non, c'est vrai, ça fait longtemps qu'on ne m'a pas fait de remarques désobligeantes... » Bien évidemment, c'était de l'ironie. Pas plus tard que la veille, certaines personnes s'étaient amusés avec moi, à m'apprendre la vie comme ils le disaient si bien. Non, c'est vrai, c'est très drôle de jouer les durs. Mais je ne disais pas cela pour attirer la pitié de Katia. Oh surtout pas, je voulais juste qu'elle sache à quel point elle m'avait blessé. « Mes animaux m'aident beaucoup, il faut juste les comprendre... » Encore un soupir, je me penchais à côté de Reksio. Je le caressais doucement autour de la mâchoire, avant de lui dire quelques mots.
Je me relevais ensuite et sourit à Katia, simplement. Je commençai vraiment à me sentir mal face à ce règlement de compte.
« Désolé si je t'ai blessée ou que tu t'es sentie insultée, mais je devais te dire tout ça, faire ressortir le poids que j'avais sur le coeur. Je suis peut-être pas un type fantastique, mais j'ai pas envie qu'on se dispute une fois pour toute... » finis-je par déclarer délicatement, rougissant.
« Alors....ça te dirait qu'on arrête là ce combat de qui a tord, qui a raison, et qu'on reparte sur de bonnes bases, qu'on réapprenne à se connaître tels que nous sommes ? Accepterais-tu de moi comme frère légitime, malgré le fait que je n'aie aucune qualité ? » J'avais encore une fois les larmes aux yeux. J'en pouvais plus. C'était trop douloureux de savoir que tout l'amour que j'avais eu pour elle serait terni à jamais, qu'il fallait à présent que j'oublie ce rêve fou. « Moi, je suis fier et heureux que l'on fasse partie de la même famille. »

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K. "Katia" A. Driomova
avatar
McGill's Students

⚜ COPIES RENDUES : 183
⚜ DOSSIER ADMIS : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Dim 15 Juil 2012 - 13:16

J'aimais pas cette situation, j'en prenais pleins la gueule sur ma façon de pensée et d'être, et franchement ça m'énervait. J'avais le droit d'être moi, et si je le considérai comme mon frère, il ne l'était que sur le papier, il n'était pas issue de mes parents, je pouvais pas être plus attachée à lui, c'était impossible, il ne m'était pas lié, il pouvait me trahir, et j'avais le droit de le considérer comme je le voulais, je ne lui avais rien fais de mal jusque là. Je poussais un grognement en voyant son sale chien entrer dans la maison, il savait qu'il n'avait pas le droit mais Bogdan ne semblait pas s'en soucier. Je passais pour la méchante sœur au cœur froid. Mais je ne voyais pas pourquoi je changerais pour lui. Je croisais les bras contre ma poitrine, le regardant, j'étais désappointée et franchement, il me tapait sur le système. Il avait beau me dire tout ce qu'il ressentait, au final, il n'acceptait pas mon avis, alors que lui me disait ce qu'il n'acceptait pas chez moi. C'était vraiment déroutant comme situation. J'aurais bien voulu être gentille mais son comportement m'y empêchait, je n'aimais pas ça du tout. C'est alors qu'il me demandait si on pouvait tout reprendre de zéro, que j'apprenne à le voir comme un frère et pas un être inférieur. Mais j'avais du mal avec tout ce que je venais d'apprendre. Je ne pouvais pas, désolé si j'allais lui faire du mal. Je ne peux pas te considérer comme mon frère si tu me dis que tu m'aimes plus que ça, que tu m'aimes comme ci tu voulais prétendre à une place dans mon cœur. Tu ne peux pas mélanger tout ça. Ne me reproches pas d'être ce que je suis, car j'ai toujours été comme ça. Que ce soit toi ou un autre. Milka je partage une ou deux soirées dans le mois, je saurais même pas te dire quelle est sa couleur préféré ou encore si elle a un petit ami actuellement. Ne crois pas que je partage des choses avec tout le monde. Seul Vadka a le droit de partager ma vie, de dormir dans mon lit car sans lui, je serais malheureuse. je soupirais. Comment puis-je savoir si tu es intelligent ? Que tu es une personne intéressante ? Même si je viens pas te parler, tu n'en fais pas de même. Je t'ai jamais tué à ce que je saches. Tu passes ton temps avec tes animaux, tu t'habilles mal, tu n'as aucune classe, regardes toi des fois, t'as l'air d'un dépressif... comment je pourrais te laisser approcher mes amis ? J'étais horrible, je le savais. Mais c'était mieux ainsi. D'un coté, je lui disais -presque- que je le pensais, et ça lui permettrait de ne plus m'aimer. Je ne voulais pas de ça. Arrête de te faire souffrir avec ton soi disant amour pour moi. A te faire du mal à en pleurer. Tout ce que tu fais, c'est tout le contraire de ce que j'aime. Tu pourrais te permettre de me dire ce que tu ressens quand tu seras vraiment apte à aimer qui je suis, même avec mes défauts les plus sombre. Seulement si tu sais choisir entre le prétendant et le petit frère...adoptif. On pourrait m'apparenter à un monstre sans cœur ou plus précisément, à la reine des glaces. C'est exactement ce que j'étais. Une femme sans sentiments particulier, sans véritable amour pour son prochain. D'ailleurs, je préférais en rester là, la situation était vraiment déprimante. Je rentrais dans la Villa, allant dans la cuisine pour me faire chauffer un cappucino. Il fallait que je me changes les idées. Je regardais fixement le plan de travail stoppé par le petit accident qu'il venait d'y avoir entre nous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bogdan A. Driomov
avatar
Modérateur - Soaring Doves

⚜ COPIES RENDUES : 291
⚜ DOSSIER ADMIS : 01/07/2012

MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   Dim 15 Juil 2012 - 16:59

J'étais confiant quant à sa réponse. J'avais de l'espoir. Mais ce fut vain. Elle me rembarra, comme si j'étais un être des plus indomptables et des moins sociables qui existent en cette terre. Je l'écoutais et mon cœur se crispait de plus en plus. Je connaissais ses défauts. Je savais qu'elle était froide, distante, qu'elle n'était pas du genre à câliner. Je la savais cruelle et dominatrice. Mais je ne l'avais jamais su hypocrite. Ce fait me décevait. Vraiment. Je n'osais plus la regarder et je la laissais se contredire encore une fois. Plus tôt, elle avait osé affirmer qu'elle n'avait pas honte de moi qu'elle me voyait comme son frère. Et à présent, la voilà qui me signifiait le contraire et de manière on ne peut plus explicite. « Aucune classe, tu t'habilles mal, je ne peux te laisser approcher mes amis. » Voilà des mots sévères qui vinrent me chatouiller les oreilles de manière particulièrement difficile. De plus, elle m'avouait à demi-mot son amour pour Vadim... Alors, il était le seul à la rendre heureuse ? Si ce n'était pas un sentiment amoureux, ce n'était que le néant. J'avais envie de pleurer de nouveau et ne même temps je désirais soutenir de nouveau son regard. Et je le fis. Je levai les yeux sur elle.
« J'ai toujours accepté tes défauts dans les sentiments que je t'ai voué, Katia. Même ce genre de cruauté. » dis-je fortement, avant de la laisser partir. Reksio me lança un regard comme s'il était en mesure de comprendre mon désarroi. Et sur le coup, j'eus la plus stupide des réactions. Totalement. Je me hâtai jusque dans ma chambre et ouvrais un sac de voyage. J'y fourrai quelques boxers, quelques T-shirt et deux pantalons, avant de le refermer soigneusement. Je n'avais rien à faire ici. Rien. J'étais illégitimement dans cette maison. C'était celle de Katia, celle de ses parents. Pas des miens. Moi, je n'avais pas de parents. Le cœur lourd, je me faisais ce genre d'idée parfaitement stupide, ma mère et mon père adoptifs m'ayant apporté tant d'amour.... Mais j'avais mal et la seule solution qui se présentait à moi était de fuir. Fuir et fuir loin. Je sortais Darwin de sa cage, le mettait sur mon épaule, et appelai Reksio.
Avant de quitter les lieux, je décidai tout de même de passer par la cuisine, afin de prendre quelque chose à manger au cas où moi ou l'un de mes amis à quatre pattes ressentiraient la faim.
Katia s'y trouvait, comme songeuse, je lui passai devant, sans la regarder, sans m'excuser d'avoir mon rat sur l'épaule. J'ouvrais l'armoire et prenais ce qui me plaisait... Dehors, il avait commencé à pleuvoir... Tant pis, je m'en allais quand même.
« Si Milka demande, je sais pas où je serais. » dis-je simplement à l'attention de ma sœur.

_________________
Si perdue dans le ciel
Ne me restait qu'une aile
Tu serais celle-là

Si traînant dans mes ruines
Ne brillait rien qu'un fil
Tu serais celui-là

Bogdan Driomov, de l'amour a croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Revelation - PV Bogdan.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Revelation - PV Bogdan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Eat Moose :: CITY OF MONTRéAL : Dans les Bois :: Logements :: Maisons-